RIVER OF GRASS, de Kelly Reichardt

En 1995 sortait le premier long-métrage de Kelly Reichardt, qui depuis a tracé un joli chemin dans le cinéma indépendant américain. La version restaurée donne l’occasion de le voir sur grand écran, et, déjà, de noter les prémices des thèmes chers à la réalisatrice. River of Grass, nom indien du parc national des Everglades en Floride, relate sans fioriture quelques jours de la vie d’une trentenaire, Cosy, pas vraiment satisfaite de Continuer de lire « RIVER OF GRASS, de Kelly Reichardt »

HALTE, de Lav Diaz

Bien sûr, il convient d’être en forme pour voir le nouveau film de Lav Diaz, qui dure 4h39 et duquel sourd une ambiance lourde et pesante de fin du monde. Dans un futur proche, au sein de l’Asie, un despote fait régner la terreur sur le pays qu’il gouverne ; depuis trois ans, toute cette face du monde demeure une éternelle nuit, car le soleil a cessé de briller suite à d’imposantes manifestations volcaniques. Comme dans toute Continuer de lire « HALTE, de Lav Diaz »

L’ŒUVRE SANS AUTEUR, de Florian Henckel Von Donnersmarck

À travers cette fresque en deux parties, et s’inspirant librement de la vie du peintre Gerhard Richter, le réalisateur, après le phénoménal La vie des autres, s’intéresse à nouveau au passé de son pays, et aux temps troublés qu’il a traversés. Explorant trente ans d’histoire, posant les jalons de multitudes d’interrogations aussi variées que la place de l’art, la force de l’amour, la conviction intime de la bonne action chez certains nazis, Continuer de lire « L’ŒUVRE SANS AUTEUR, de Florian Henckel Von Donnersmarck »

SO LONG MY SON, de Wang Xiaoshuai

Avec So long my son, Wang Xiaoshuai signe une grande fresque historique remarquable. Il prend le temps de suivre au plus près les sentiments des personnages, sur une quarantaine d’années, petits pions, membres du tout qu’est la grande patrie, la Chine, confrontés à l’une des plus radicales décisions du Parti : la politique de l’enfant unique, qui a couru de 1979 à 2015. Avec eux, on arrive à envisager le dur poids des obligations Continuer de lire « SO LONG MY SON, de Wang Xiaoshuai »

YVES, de Benoit Forgeard

Dans une veine un tout petit peu moins barrée que ses précédents films, Benoit Forgeard nous propose ici de rencontrer Yves, un fribot, c’est-à-dire un frigo intelligent qui, installé dans la cuisine du rappeur un peu glandeur Jérem, devrait l’aider à accoucher de son album. Instaurant comme à son habitude un ton loufoque au film et aux situations, le réalisateur parvient évidemment à aborder facilement par ce biais de nombreuses Continuer de lire « YVES, de Benoit Forgeard »

ANNA, UN JOUR, de Zsófia Szilágyi

Premier long-métrage de la réalisatrice, Anna, un jour s’intéresse au quotidien d’une femme, mère de famille, qui doit s’occuper de ses trois enfants, de sa relation à son mari, des soucis ménagers, de son travail de professeur, des courses, des problèmes financiers, du repas, du rangement, du nettoyage… Pendant trente-six heures on suit Anna au plus près, avec une seule question : parviendra-t-elle à arracher au temps qui passe Continuer de lire « ANNA, UN JOUR, de Zsófia Szilágyi »

LUNE DE MIEL, de Elise Otzenberger

Pour son premier long-métrage, la réalisatrice, auparavant comédienne, Elise Otzenberger frappe fort. S’inspirant d’un voyage qu’elle a elle-même effectué il y a quelques années, avec son mari, sur les traces de sa famille juive polonaise, dans une petite ville près de Lodz, elle livre un film qui, s’il touche à l’un des sujets les plus graves du siècle dernier, et aussi l’un des plus évoqués au cinéma, la Shoah, demeure léger dans Continuer de lire « LUNE DE MIEL, de Elise Otzenberger »