L’ANGE BLEU, de Josef von Sternberg

Au-delà d’être le film qui a fait connaître Marlene Dietrich au monde entier, dans ce rôle de l’envoûtante star de cabaret Lola Lola, L’ange bleu reste surtout un bel exemple d’un courant essentiel du cinéma : l’expressionnisme allemand. Les jeux d’ombres et lumières y sont particulièrement soignés, les gros plans intimement révélateurs des intentions des personnages, et les décors profondément angoissants. Réalisé en 1930, premier film parlant du cinéma allemand, L’ange bleu atteint également une portée réflexive sur l’humanité : la douloureuse descente aux enfers de l’éminent et solitaire professeur Rath, littéralement ensorcelé par cette femme jusqu’à l’extrême, nous émeut encore maintenant, parce qu’elle peut être considérée comme une sordide métaphore de la condition humaine : nous ne sommes que des pantins, soumis à une cruelle destinée, souvent tragique. À voir et à revoir donc, pour tous ces détails qui au fur et à mesure des visionnages apparaissent, faisant de ce film une référence classique, ou alors simplement pour le plaisir de regarder la reine Marlene interpréter pour la première fois des airs qui lui resteront associés toute sa vie.

Sur www.arte.tv jusqu’au 11/03/2018