LA NUIT A DÉVORÉ LE MONDE, de Dominique Rocher

À son réveil, après une soirée, Sam se retrouve seul dans Paris, aux rues envahies de morts-vivants affamés. En partant de cette situation vue et revue, Dominique Rocher s’engouffre dans un récit rythmé et surprenant, tant il joue avec les codes du genre, et surtout les déjoue brillamment. Il nous livre un film visuellement audacieux, offrant des plans d’une beauté envoûtante et des vraies propositions de mise en scène, mais aussi une aventure délicieusement pleine de suspense, qui alterne douces échappées poétiques,  puissantes montées d’adrénaline, et réflexions humanistes. Les émotions, de toutes sortes, sont bien présentes de bout en bout du film, qui révèle par ailleurs la performance formidable de Anders Danielsen Lie, acteur norvégien dont le cinéma français ne peut déjà plus se passer. La nuit a dévoré le monde, porté par une musique judicieusement distillée, nous tient tant en haleine du début à la fin qu’il est difficile ensuite de quitter ce Paris dévasté.

Sortie le 07/03/2018