THE RIDER, de Chloé Zhao

Avec The Rider, l’air de pas y toucher, l’habile Chloé Zhao nous happe pour ne plus nous lâcher et nous emmène loin, très loin, là on l’on ne pensait probablement jamais aller: on part dans le Dakota du Sud avec Brady pour élever des chevaux et s’initier au rodéo. Mi-fiction mi-documentaire, le film suit le jeune homme, sosie de Josh Hartnett il y a quelques années, alors qu’il se remet d’une chute en rodéo qui le contraint à ne plus en faire; privé de sa passion, il lui faut alors se réinventer, penser à lui et à ce/ceux qui l’entourent. La réalisatrice filme l’immense et l’intime avec la même précision, et nous livre des images exceptionnelles d’évasion dans cette Amérique peu connue, ces paysages magnifiques de plaines désertiques, collines, montagnes et cours d’eau, tout autant qu’elle nous maintient au plus près de Brady, qui irradie, magnifié par les nombreux gros plans, révélant son regard profond et les changements qui s’opèrent en lui. Chloé Zhao réussit l’exploit de nous faire rencontrer, subtilement, et aimer, profondément, ce monde des cow-boys, qui vivent par et pour la nature, dans un film éblouissant de simplicité.

Sur l’échelle du cinéma: en plein milieu de Danse avec les loups de Kevin Costner pour la découverte du Dakota et ses habitants, de L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux de Robert Redford pour les Stetson et l’harmonie avec l’animal, de Into the wild de Sean Penn pour la communion avec la nature sauvage, le tout mâtiné d’un soupçon de John Ford pour l’amour de l’Amérique originelle et de ses représentants.

Sortie le 28/03/2018