COBY, de Christian Sonderegger

Après Finding Phong récemment, voici un nouveau documentaire sur le long processus de changement de genre entamé par Coby, né dans un corps féminin, qui souhaite à terme obtenir une enveloppe masculine, plus en accord avec lui-même. C’est son frère aîné qui réalise, invitant également les proches, essentiellement parents et petite amie, à s’exprimer sur cette grande transformation, que Coby semble vivre d’une manière raisonnable et raisonnée. Entouré de personnes de confiance qu’il aime et qui l’aiment, Coby se livre entièrement, sans détour mais toujours avec pudeur, et nous informe tout au long du film des changements qui s’opèrent en lui, extérieurement comme intérieurement. Beaucoup de questions sont soulevées, notamment, au-delà de la transformation elle-même, sur les conséquences de cet acte : le couple, les enfants, les souvenirs… Coby est un très beau film, qui, par son approche chaleureuse, respectueuse et familiale, nous donne à voir le plus intime sans jamais déranger, et permet en outre subtilement d’ouvrir une réflexion utile et essentielle sur le genre.

Sur l’échelle du cinéma : entre Finding Phong de Phuong Thao Tran et Swann Dubus-Mallet donc, pour le suivi régulier d’une jeune personne sujette à un changement de genre, et Carré 35 de Eric Caravaca, pour la manière sensible et délicate de filmer sa propre famille.

Sortie le 28/03/2018