THE THIRD MURDER, de Hirokazu Kore-Eda

Pour la première fois, Hirokazu Kore-Eda fait incursion dans le milieu du polar, avec un film de meurtre et de procès. Même s’il profite de cette enquête tortueuse pour aborder des thèmes aussi importants que la peine de mort ou la justice et son rapport à la vérité, il reste fidèle à ses sujets de prédilection : la famille, les relations entre ses différents membres, l’héritage culturel et héréditaire, comment on le suit et comment on s’en affranchit. On reste jusqu’à la fin happé par la tension constante cultivée par le réalisateur à propos de l’homicide qui déclenche l’histoire, tout en appréciant, comme dans tous les films de Kore-Eda, l’attention particulière accordée aux interactions entre chacun des personnages ; il prend le temps de filmer les conversations, les échanges, de belle manière, et chaque confrontation est un trésor de mise en scène. Un film magistral donc, qui nous engage à nous méfier des faux-semblants, à cultiver le doute pour avancer, à suivre son propre chemin.

Sur l’échelle du cinéma : oui, on peut penser à Autopsie d’un meurtre d’Otto Preminger, pour l’homicide qui divise et le procès qui s’ensuit, mais surtout à tous les autres films de Hirokazu Kore-Eda, tellement est reconnaissable sa manière inimitable de filmer les subtiles évolutions de chacun de ses personnages, grâce à des détails, qu’ils soient en train de manger une soupe ou de cheminer dans la rue.

Sortie le 11/04/2018