C’EST QUI CETTE FILLE, de Nathan Silver

Quel étrange film que celui-là ! Dans un Paris glauque et assez inhospitalier, Gina, hôtesse de l’air américaine légèrement maniaque, en deuil de son mari, tombe folle amoureuse de Jérôme, un moustachu peu avenant qui travaille dans le monde de la nuit, jolie périphrase pour désigner en l’occurrence un club plutôt sordide où se trémoussent des filles en petite tenue. Nathan Silver réussit le tour de force de nous faire aimer son film, malgré ces personnages peu aimables : il filme un Paris rétro, mis en valeur par une musique très présente et un gros travail sur la lumière et le grain, et nous offre une balade protéiforme vintage dans la capitale française ; un peu de thriller, un peu de romance, un peu d’érotisme… C’est qui cette fille s’avère riche en rebondissements et changements de rythme, et formidablement mené par les acteurs, Damien Bonnard en tête, méconnaissable dans ce rôle difficile du pauvre mec détestable. Le réalisateur qualifie lui-même son film d’anti-comédie romantique, ce n’est pas faux, et c’est très plaisant; du début à la fin tenus en haleine, on en redemande.

Sur l’échelle du cinéma : on pense beaucoup à Dario Argento, surtout à ses débuts, pour l’histoire un peu glauque, le traitement spécifique de l’image, les traits d’humour et la musique qui fait peur !

Sortie le 25/07/2018

À lire aussi: l’interview des acteurs Damien Bonnard, Esther Garrel, Lola Bessis

et l’interview du réalisateur Nathan Silver

2 réflexions sur “C’EST QUI CETTE FILLE, de Nathan Silver

Les commentaires sont fermés.