LES ÂMES MORTES, de Wang Bing

Avec Les âmes mortes, Wang Bing revient sur un épisode peu connu de l’histoire de la Chine : le camp de rééducation par le travail de Jiabiangou, dans la province du Gansu, dans lequel ont été envoyés dès 1957 et pendant quelques années des citoyens accusés, souvent à tort, d’être « droitiers », crime absolu pendant cette hégémonie du Parti Communiste tout puissant. Beaucoup sont morts de faim, certains ont survécu et ne veulent plus entendre parler de ces années noires, d’autres ont accepté de se souvenir de ce calvaire devant la caméra de Wang Bing. Patiemment, le réalisateur est allé à leur rencontre, pendant plusieurs années, recueillant au total 600 heures de rushes, pour nous livrer 8h30 de témoignages bouleversants. Sans fausse pudeur, chacun, survivant ou proche, replonge dans le cauchemar de cette période, les anecdotes effroyables du quotidien, la famine essentiellement, les problèmes de santé, la proximité avec la mort : à plusieurs reprises certains avouent n’avoir eu plus rien d’humain, physiquement déjà des cadavres, et mentalement si obsédés par la nourriture qu’ils en perdaient peu à peu toute notion éthique ou morale. Les laissant s’exprimer longuement, nous emmenant aussi parfois sur les lieux mêmes de cette lente agonie organisée, Wang Bing parvient à nous faire envisager assez précisément cette période mal connue, qui a brisé bien des vies, autant celles des disparus que de ceux qui leur ont survécu, pour un devoir de mémoire éprouvant, mais indispensable.

« Votre douleur aura réveillé les âmes endormies des défunts pour que soient connus du plus grand nombre les malheurs endurés. »

Sur l’échelle du cinéma : Impossible de ne pas penser à un autre film de témoignage, Shoah de Claude Lanzmann, où le réalisateur, tout aussi minutieusement que Wang Bing, partait à la rencontre des survivants des camps d’extermination nazis, avant qu’ils ne disparaissent, et avec eux la seule chance d’établir un témoignage authentique, afin de ne pas oublier les heures sombres de l’Histoire de l’humanité.

Sortie en trois parties le 24/10/2018