NOUS LES COYOTES, de Hanna Ladoul et Marco La Via

Amanda et Jake sont jeunes, ils s’aiment, et décident d’aller tenter leur chance à Los Angeles. Les deux réalisateurs de ce premier long-métrage réussi, français vivant en Californie depuis quelques années, avouent avoir un peu puisé dans leur propre vie pour décrire le premier jour à L.A. des deux protagonistes, qui arrivent pleins de rêves et sans plan précis dans cette grande ville inconnue et protéiforme, où tout peut arriver. Une approche plutôt réaliste donc, qui les fait notamment se frotter aux difficultés de l’emploi, au gigantisme impressionnant de la Cité des Anges, douter un peu, chercher un appartement, se mettre leur famille à dos, se baigner à Venice, fréquenter une fête dans une villa sur les hauteurs évidemment, regarder le lever du soleil sur les buildings: vingt-quatre heures intenses, qui voient l’insouciance bienfaitrice de la jeunesse et sa fougue triompher. Les deux personnages, bien étudiés, s’avèrent extrêmement attachants, tout comme le troisième, la tentaculaire ville de Los Angeles, cité de tous les possibles, dépeinte sobrement et subtilement, que l’on explore avec eux, au rythme de musiques savamment choisies, et au gré de leurs aventures, en voiture, en bus ou à pieds. Nous les coyotes est un beau portrait de jeunes par des jeunes, qui apparaissent au final forts et pas si paumés qu’on veut parfois nous le faire croire, et ça fait plaisir à voir!

Sortie le 12/12/2018