MAYA, de Mia Hansen-Løve

Quel délice de retrouver dans le nouveau film de Mia Hansen-Løve toute la délicatesse et la sensibilité dont elle nourrit chacune de ses œuvres, parvenant par petites touches, ici un a cappella de Schubert, là un coucher de soleil sur une plage indienne, à instaurer une ambiance douce et une indicible émotion, tout en n’évitant pas la gravité de sujets souvent poignants. Gabriel, reporter de guerre fraîchement libéré de quatre mois de prise d’otage, ressent le besoin d’un ailleurs et d’un retour aux sources : il part pour Goa, dépaysante destination qu’il connaît bien pour y avoir passé un bout de son enfance. Prêtant ses traits au personnage, Roman Kolinka, peu causant, s’impose avec grâce dans ce film sensuel qui nous immerge au sein de la langueur d’une atmosphère tropicale, au rythme des balades en scooter sur des routes bordées de palmiers, sur des plages immenses et ensoleillées, dans les bras de la belle et innocente Maya. La réalisatrice filme l’évasion, le cheminement, la reconstruction, un voyage intérieur autant que réel, laissant la part belle aux sensations, aux magnifiques paysages, à la musique, livrant un film envoûtant et lumineux dont les images restent longtemps en tête, qui apaise et rend heureux.

Sortie le 19/12/2018