UN COUP DE MAÎTRE, de Gastón Duprat

Deux ans après le très réussi Citoyen d’honneur, l’argentin Gastón Duprat (accompagné de ses fidèles compères, son frère Andrés Duprat au scénario, et Mariano Cohn à la production) nous revient avec Un coup de maître, une comédie minutieusement écrite, également grinçante et réflexive sur l’art et son rapport à la vie. Arturo, galeriste à Buenos Aires, représente Renzo, son ami et artiste depuis quarante ans. Lorsque les toiles du peintre commencent à ne plus se vendre, sous prétexte d’un essoufflement du maître, les deux compères envisagent un plan pour que les affaires reprennent. Très bien construit, le film prend le temps d’installer les situations et les personnages, de distiller un humour caustique par petites touches, tout en questionnant abondamment le monde de l’art et ses déviances, le pouvoir de l’argent, la valeur de l’amitié et l’intégrité. Il en résulte un film très agréable à voir et à suivre, finement ciselé, qui en même temps par sa construction incite le spectateur à attendre impatiemment le prochain rebondissement, tout en n’oubliant pas de lui fournir constamment matière à penser. Le réalisateur semble de plus avoir pris tellement de plaisir à filmer cette histoire et les magnifiques paysages de son pays, et les acteurs à interpréter leurs rôles, qu’on ne peut que se délecter à savourer chaque minute de cette belle œuvre faite avec amour.

Sortie le 06/02/2019