MELTEM, de Basile Doganis

Ce joli film, qui nous donne notamment à voir, sur l’île de Lesbos, les retrouvailles houleuses d’Elena, qui vit en France, avec son passé grec, ses rapports avec Nassim et Sekou qui l’accompagnent dans ce voyage, et sa rencontre marquante avec Elyas un syrien réfugié, charrie d’immenses et diverses émotions, demeurant tout du long à fleur de peau des sensations des jeunes gens, constituant un fabuleux périple au sein des affects contrastés et changeants des protagonistes. Dans le cadre idyllique de cette terre grecque, bercée l’été par les vents, le fameux meltem entre autres, se rejouent les drames antiques, les déchirures, la naissance de l’amour, la puissance du lien filial, la difficulté du deuil et la force de l’amitié. Convoquant l’ascendance et les fantômes d’antan, abordant des sujets millénaires toujours d’actualité, le film fait la part belle aux acteurs, investis, qui illustrent à merveille les errances et tâtonnements d’une jeunesse métissée, constamment renvoyée à ses racines. Basile Doganis, dont c’est le premier film de fiction, jeune artiste gréco-français, semble avoir mis beaucoup de lui-même dans cette œuvre, peut-être est-ce cela qui la rend si touchante, respirant l’honnêteté et la sincérité : Meltem ou l’odyssée des sentiments.

Sortie le 13/03/2019