RIVER OF GRASS, de Kelly Reichardt

En 1995 sortait le premier long-métrage de Kelly Reichardt, qui depuis a tracé un joli chemin dans le cinéma indépendant américain. La version restaurée donne l’occasion de le voir sur grand écran, et, déjà, de noter les prémices des thèmes chers à la réalisatrice. River of Grass, nom indien du parc national des Everglades en Floride, relate sans fioriture quelques jours de la vie d’une trentenaire, Cosy, pas vraiment satisfaite de sa vie de mère de famille, qui part avec Lee, rencontré le soir même dans un bar, après avoir tiré par inadvertance sur le propriétaire de la piscine dans laquelle ils avaient décidé de finir la soirée. Le film est court et incisif, donnant à voir deux solitudes perdues, questionnant avec finesse et parfois humour la condition de la femme, l’emprise et les codes de la société américaine et de la famille, et les rêves déçus. Pour mieux nous immerger dans cet univers, Kelly Reichardt n’hésite pas à installer des silences –les personnages parlent peu, c’est surtout la voix-off de Cozy qui explique l’action-, et surtout donne la part belle au paysage, sa Floride natale. Tourné en dix-neuf jours, sans beaucoup de moyens, River of Grass est un film singulier qui marque, par sa sincérité et ses interprètes. Une belle introduction à une filmographie admirable et sans concession.

Sortie le 04/09/2019