JE NE SAIS PAS SI C’EST TOUT LE MONDE, de Vincent Delerm

Premier film du chanteur, Je ne sais pas si c’est tout le monde, comme ses chansons, nous emmène vers l’intime, les souvenirs, les instants, les infinis : Vincent Delerm a choisi de poser sa caméra devant des personnages, connus ou non, à qui il parle ou non, et qui nous relatent un moment de leur vie, une émotion, une enfance, quelque chose qui les a marqué ou qui les définit. C’est doux, poétique, drôle parfois, touchant souvent, poignant même lorsqu’on apprend que ce fut le dernier tournage de Monsieur Jean Rochefort, à qui le film est dédié. Tendres mises en scène de confidences, ce moyen-métrage nous montre la vie sous nos yeux, dans leurs yeux : le réalisateur a tourné sur une longue période, glanant ici et là des jolies histoires, des belles personnes, petites et grandes, des mémoires. Œuvre hybride et protéiforme, aux cadrages soignés, à la musique très présente, aux chansons douces, Je ne sais pas si c’est tout le monde est, comme l’explique l’auteur, une tentative de déambulation sensible, incomplète, parcellaire. C’est un préambule à l’observation, l’écoute, l’échange avec les autres, pour découvrir plus encore : ce film charmant se regarde avec l’œil attendri et nous ouvre la porte de bien des possibles.

A partir du 20/10/2019 au Cinéma des cinéastes à Paris et en tournée dans toute la France