OLEG, de Juris Kursietis

Oleg est letton, et peine à trouver du travail en tant que garçon boucher dans son pays. Il débarque en Belgique pour travailler dans un abattoir, mais tout ne se déroule pas comme prévu, et il se retrouve sous la coupe d’un mafieux polonais, qui l’utilise et lui fait subir une brutalité quotidienne. Véritable plongée dans la descente aux enfers du jeune homme désarmé, le film explore les rouages des trafics de sans-papiers, de cet esclavagisme moderne qui sévit dans de nombreux pays. La caméra mouvante, tournant au plus près du personnage, est l’exact reflet du tourbillon claustrophobique dans lequel il se retrouve petit à petit psychologiquement enfermé. Poignant et transpirant de réalisme, Oleg est une œuvre dure et fascinante, qui même si elle semble condamner les rêves de liberté des jeunes gens exilés, parvient finalement à lorgner du côté d’un espoir possible, notamment grâce à la fraîcheur de l’interprète principal, le nouveau venu Valentin Novopolskij, qui même au plus bas, conserve une candeur admirable, une bouffée d’air vivifiant dans ce monde de brutes où prennent place les événements donnés à voir.

Le film est présenté à la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes 2019.

Sortie le 30/10/2019