TU MOURRAS À 20 ANS, de Amjad Abu Alala

Dès sa naissance, Mouzamil, habitant d’un village du Soudan, reçoit une sombre malédiction du chef religieux tout puissant : il mourra à vingt ans. Après cette annonce, son père quitte le foyer, laissant sa mère s’occuper seule de lui, dans l’angoisse des années qui passent. Puissante parabole sur la vie et la liberté, Tu mourras à 20 ans est le premier long-métrage de son réalisateur, jeune soudanais expatrié, dont l’un des rêves est de relancer une industrie du cinéma dans son pays. Il s’y emploie en organisant au Soudan des ateliers, un festival, et en réalisant un film poignant (qui n’est que le huitième film de fiction jamais produit dans le pays !), soutenu par une équipe technique mixte, où des professionnels étrangers ont enseigné leurs métiers aux assistants soudanais. Abordant le poids des carcans religieux et politique, et les obligations de la tradition, il nous emmène dans un voyage coloré, au doux rythme propre à l’Afrique, et au son d’une musique traditionnelle lancinante ; la mise en scène est bien pensée, et il résulte des efforts sur la lumière une très belle image, qui achèvera de nous convaincre que le cinéma soudanais a de beaux jours devant lui.

Le film a reçu le Lion du Futur Meilleur Premier Film au Festival de Venise 2019.

Sortie le 12/02/20