MES JOURS DE GLOIRE, d’Antoine de Bary

Adrien, la trentaine, est un éternel adolescent, que ce soit dans sa manière de ne rien prendre au sérieux, sa façon de vivre, ses préoccupations, son attirance pour une lycéenne… Comédien sans le sou, n’ayant pas tourné depuis six ans, il est pressenti pour jouer le Général de Gaulle dans un film allemand à grand budget; saura-t-il gérer cela, en plus de tous ses autres petits tracas ? Ce premier long métrage d’Antoine de Bary se regarde avec tendresse, comme un film de jeunes, pour les jeunes, sur les jeunes. Vincent Lacoste, omniprésent, porte le film, tant sa dégaine, son air détaché, son regard perdu sont parfaits pour le rôle. Cette histoire finalement assez représentative d’une génération, plutôt réaliste avec quelques saillies comiques, saura emporter la plupart des spectateurs dans un moment rafraîchissant, dans le monde d’Adrien, excellent porte-drapeau des adulescents un peu paumés et égocentrés autour desquels gravitent la famille et les quelques amis, et à qui il faut parfois un gros choc pour se décider enfin à entrer dans la vie, à l’affronter sans crainte et avec le sourire.

Sortie le 26/02/2020