JUMBO, de Zoé Wittock

La jeune et très timide Jeanne habite avec sa mère, l’extravertie Margarette, et vit son quotidien solitaire de manière quasi monacale : repas simples, de préférence à base de petits pois, repos et élaboration de maquettes de jeux de fêtes foraines la journée, travail la nuit à l’entretien du parc d’attractions voisin. Ce fragile équilibre est rompu le jour où la soi-disant insensible jeune femme commence à éprouver d’étranges sentiments pour un manège, qu’elle surnomme Jumbo. Fable sur la différence, ce premier long métrage de la réalisatrice surprend par le traitement fantastique qu’elle choisit d’adopter pour nous conter cette attraction hors du commun. Oscillant entre récit de l’ordinaire et film expérimental, Jumbo nous entraîne dans sa douce folie, sa langueur et sa sensualité, et on suit les yeux fermés son héroïne, merveilleusement incarnée par Noémie Merlant, qui trouve là un rôle délicat et complexe dans lequel elle se fond à merveille. Proposition originale, ode à l’anormalité, servi par une partition musicale très présente, au plus près des émotions de Jeanne, ce film inattendu et rafraîchissant, parfois insolent de beauté et de lumière, mérite assurément le détour.

Le film a été présenté au Festival du Film Fantastique de Gerardmer 2020 et a aussi fait l’ouverture du Champ Elysées Film Festival 2020.

Sortie le 01/07/2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s