L’ENVOLÉE, de Eva Riley

Pour son premier long métrage, la réalisatrice livre une œuvre courte et brute, toute en émotions et sensations. Elle a d’ailleurs fait appel à deux jeunes acteurs non professionnels pour jouer les personnages principaux, espérant trouver en eux une sincérité et une spontanéité essentielles pour le film, qui nous emmène dans la folle cadence de l’immédiateté de la jeunesse. Mais c’est surtout beaucoup de tendresse qui se dégage aussi de cette histoire : Leigh, jeune fille de quatorze ans très livrée à elle-même, n’a pas grand-chose dans sa vie à part la gymnastique, dans laquelle elle est très douée ; lorsque son demi-frère Joe arrive en ville, elle trouve en lui une personne sur qui enfin peut-être s’appuyer, avec qui partager des bons moments, et en qui avoir confiance. Les deux comédiens sont en effet excellents dans ces jolis rôles d’adolescents esseulés, sans autres repères que ceux qu’ils parviennent à se trouver, et Eva Riley les filme au plus près, avec beaucoup d’empathie et de bienveillance. On entre ainsi sans peine et avec plaisir dans leur vie, dans cette banlieue de Brighton, que rythment les saltos arrières de Leigh, et son sourire qui ensoleille les yeux.

Sortie le 08/07/2020