ONDINE, de Christian Petzold

Adaptation du mythe germanique du génie féminin des eaux, ce nouveau long métrage de Christian Petzold surprend par la simplicité de son récit : une jeune femme, éplorée de se faire quitter par l’homme qu’elle aime, retombe presque instantanément amoureuse d’un autre, mais la malédiction qui pèse sur elle doit voir l’un d’entre eux disparaître. Le réalisateur a choisi de mettre en scène cette histoire antique dans un Berlin contemporain, immense cité à l’histoire chargée, bâtie originellement sur des marais, à l’architecture imposante, reflet des époques passées, et mise avant tout sur la captation des sentiments intenses de l’héroïne et de ses partenaires. Paula Beer est une magnifique Ondine, au regard chargé de toutes les émotions, les joies et les douleurs possibles, défiant la fatalité. Face à elle Franz Rogowski dégage une sensualité perturbante, une humanité envoûtante. Beaucoup de très belles scènes sous-marines, un peu de magie, une intrigue ténue, pour un film limpide et puissant : en choisissant de nous montrer presque exclusivement l’amour, sa fin, son début, ses manifestations sur chaque personnage, Christian Petzold signe une fable pour nos sens, brute, belle, mystérieusement singulière.

Le film a reçu le Grand Prix de la critique internationale, et Paula Beer le Prix d’interprétation féminine à la Berlinale 2020.

Sortie le 23/09/2020