À CŒUR BATTANT, de Keren Ben Rafael

Julie et Yuval s’aiment mais ne vivent pas ensemble : elle est à Paris avec leur jeune fils, il est à Tel Aviv pour demander son visa de résident français afin de la rejoindre. Pendant cette séparation, ils tentent de garder le contact grâce aux nouvelles technologies, téléphone et Skype, mais petit à petit cela se complique. Keren Ben Rafael a choisi de montrer cette relation exclusivement à travers les images d’écran avec lesquelles les protagonistes vivent et communiquent. On ressent ainsi, comme eux, la lourdeur du processus, qui, s’il peut nous faire croire qu’on est ensemble, peut aussi parfois exposer de manière plus criante encore la distance qui nous sépare. Différence de temporalité, différence d’emploi du temps, différence de rythme, différence de charge de travail : tout sépare les deux protagonistes, sauront-ils se retrouver au-delà de ces deux mondes opposés dans lesquels chacun vit ? Interrogation sur le couple et sa résistance, À cœur battant est complètement servi par ses deux interprètes, Judith Chemla, parfaite en jeune femme et mère fragile et forte à la fois, et Arieh Worthalter, qui prouve ici qu’il peut tout jouer, tant il excelle dans le rôle de l’homme un peu hésitant face à ses responsabilités. Le film, tant exercice de mise en scène que de jeu virtuose, est donc à voir, surtout en ces temps de confinement, où la communication virtuelle est de mise.

Sortie le 30/09/2020