MADE IN BANGLADESH, de Rubaiyat Hossain

Rubaiyat Hossain, jeune réalisatrice bangladaise, et l’une des seules par ailleurs, s’intéresse beaucoup à la situation des femmes de son pays. Après le magnifique Les lauriers-roses rouges, elle explore, dans Made in Bangladesh, la condition des ouvrières textiles, qui grâce à leurs petites mains et leur immense force de travail, abreuvent la planète entière en T-shirts et autres produits de confection bon marché. Inspiré d’une Continuer de lire « MADE IN BANGLADESH, de Rubaiyat Hossain »

LES MISÉRABLES, de Ladj Ly

Auréolé de son Prix du Jury à Cannes cette année, entre autres, le premier long-métrage de fiction de Ladj Ly, jusqu’ici plus actif dans le genre documentaire, arrive enfin sur nos écrans. Filmant la banlieue, sa banlieue, Montfermeil en l’occurrence, le réalisateur avoue s’être inspiré de nombreux événements qu’il a vraiment observés au fil des années. Voici sûrement pourquoi le film, qui reprend la trame d’un précédent court- Continuer de lire « LES MISÉRABLES, de Ladj Ly »

OCÉAN, de Océan

Devenir un homme trans est un long voyage, que Océan, anciennement Océanerosemarie, nous convie à vivre avec lui, à travers ce documentaire intime et désarmant, qui débute le jour de sa première injection de testostérone, et le suit sur une année, riche en changements et émotions. Rares sont les films qui montrent avec autant de sincérité et d’humour tous les aspects de la transition : le rapport au corps Continuer de lire « OCÉAN, de Océan »

J’AI PERDU MON CORPS, de Jérémy Clapin

Une fois n’est pas coutume, voici un film d’animation, premier long-métrage de son réalisateur, qui s’attache à montrer un quotidien parisien très réaliste, jusque dans la représentation de la fameuse main voyageuse, renvoyant aux souvenirs et sensations de la prime jeunesse. Donnant d’un côté à voir la vie banale de Naoufel, livreur de pizza, qui tombe amoureux de Gabrielle, et de l’autre les aventures d’une main sectionnée qui Continuer de lire « J’AI PERDU MON CORPS, de Jérémy Clapin »

OLEG, de Juris Kursietis

Oleg est letton, et peine à trouver du travail en tant que garçon boucher dans son pays. Il débarque en Belgique pour travailler dans un abattoir, mais tout ne se déroule pas comme prévu, et il se retrouve sous la coupe d’un mafieux polonais, qui l’utilise et lui fait subir une brutalité quotidienne. Véritable plongée dans la descente aux enfers du jeune homme désarmé, le film explore les rouages des trafics de sans-papiers, de cet Continuer de lire « OLEG, de Juris Kursietis »

AU BOUT DU MONDE, de Kiyoshi Kurosawa

Surtout connu pour ses thrillers et films d’angoisse, le réalisateur livre ici un film d’un genre nouveau, dont il dit lui-même qu’il lui ressemble beaucoup plus que ses autres productions. C’est l’histoire toute simple de Yoko, présentatrice d’une émission de voyages et découvertes, en tournage en Ouzbékistan avec une petite équipe. Dans ce pays inconnu, loin de ses repères et des gens qu’elle aime, elle se perd, explore, déambule Continuer de lire « AU BOUT DU MONDE, de Kiyoshi Kurosawa »

JE NE SAIS PAS SI C’EST TOUT LE MONDE, de Vincent Delerm

Premier film du chanteur, Je ne sais pas si c’est tout le monde, comme ses chansons, nous emmène vers l’intime, les souvenirs, les instants, les infinis : Vincent Delerm a choisi de poser sa caméra devant des personnages, connus ou non, à qui il parle ou non, et qui nous relatent un moment de leur vie, une émotion, une enfance, quelque chose qui les a marqué ou qui les définit. C’est doux, poétique, drôle parfois, touchant souvent, poignant Continuer de lire « JE NE SAIS PAS SI C’EST TOUT LE MONDE, de Vincent Delerm »