L’ENVOLÉE, de Eva Riley

Pour son premier long métrage, la réalisatrice livre une œuvre courte et brute, toute en émotions et sensations. Elle a d’ailleurs fait appel à deux jeunes acteurs non professionnels pour jouer les personnages principaux, espérant trouver en eux une sincérité et une spontanéité essentielles pour le film, qui nous emmène dans la folle cadence de l’immédiateté de la jeunesse. Mais c’est surtout beaucoup de tendresse qui se Continuer de lire « L’ENVOLÉE, de Eva Riley »

IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’EST, de Larissa Sadilova

Simple et délicat, ce long métrage indépendant qui nous vient de Russie possède la beauté des évidences. Pour nous raconter cette histoire de sentiments, inspirée d’un fait réel, la réalisatrice a voulu s’entourer d’acteurs non professionnels pour les seconds rôles, ancrant ainsi les quatre personnages principaux, joués eux par des comédiens, dans un quotidien palpable et authentique, où la nature, que l’on observe au gré des Continuer de lire « IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’EST, de Larissa Sadilova »

CHAMBRE 212, de Christophe Honoré

Explorant sans relâche depuis ses débuts les multitudes de formes que peuvent prendre les relations amoureuses, Christophe Honoré nous revient ici avec un long-métrage malicieux qui semble poursuivre sa quête, dans un registre auquel il ne s’était pas encore frotté. Véritable vaudeville post-moderne, Chambre 212, quasi huis-clos très théâtral, à la mise en scène efficace, interroge la durée de l’amour et du couple, et Continuer de lire « CHAMBRE 212, de Christophe Honoré »

TU MÉRITES UN AMOUR, de Hafsia Herzi

Belle surprise que ce premier long-métrage de la comédienne Hafsia Herzi, tourné avec très peu de moyens, mais qui transpire l’authenticité et l’enthousiasme. Lila, trentenaire, interprétée par la réalisatrice elle-même, a beaucoup de mal à oublier Rémi, qui l’a trompée et s’est un peu éloigné d’elle. Avec l’aide de ses proches, et au fil de nouvelles rencontres, elle essaye de redonner de l’élan à sa vie amoureuse, loin de celui qui l’a Continuer de lire « TU MÉRITES UN AMOUR, de Hafsia Herzi »

UN TRAMWAY À JÉRUSALEM, de Amos Gitaï

Étrange film que celui-ci, où le réalisateur pose sa caméra dans le tramway qui relie des quartiers très différents de Jérusalem, pour faire ainsi se rencontrer, interagir, parler, crier, chanter des personnes qui n’ont d’autre point commun a priori que celui de se trouver là, dans ce véhicule, ensemble au même moment. On pouvait s’attendre à un long-métrage qui, prenant le contre-pied d’une simplicité de fait, due notamment à Continuer de lire « UN TRAMWAY À JÉRUSALEM, de Amos Gitaï »

ULYSSE & MONA, de Sébastien Betbeder

Qu’il est bon de retrouver l’univers légèrement fantaisiste et insolite de Sébastien Betbeder, qui depuis une dizaine d’années prend plaisir à filmer des personnages attachants, un peu paumés parfois, mais toujours beaux et sensibles. Il s’agit ici de Mona, jeune étudiante aux Beaux-Arts, qui en a assez de la peinture byzantine et du nu académique, et se lance à la recherche d’Ulysse, artiste contemporain qu’elle admire, Continuer de lire « ULYSSE & MONA, de Sébastien Betbeder »

NOUS LES COYOTES, de Hanna Ladoul et Marco La Via

Amanda et Jake sont jeunes, ils s’aiment, et décident d’aller tenter leur chance à Los Angeles. Les deux réalisateurs de ce premier long-métrage réussi, français vivant en Californie depuis quelques années, avouent avoir un peu puisé dans leur propre vie pour décrire le premier jour à L.A. des deux protagonistes, qui arrivent pleins de rêves et sans plan précis dans cette grande ville inconnue et protéiforme, où tout peut Continuer de lire « NOUS LES COYOTES, de Hanna Ladoul et Marco La Via »

TAKARA, LA NUIT OÙ J’AI NAGÉ, de Damien Manivel et Kohei Igarashi

Une histoire simple, selon les réalisateurs. Quand Takara, six ans, voit partir son père avant même le lever du jour pour aller travailler au marché aux poissons, il décide de lui faire un dessin et de sécher l’école pour le lui apporter. On s’attache très vite à la frimousse espiègle du petit enfant, bien décidé à atteindre son but quoi qu’il arrive, Continuer de lire « TAKARA, LA NUIT OÙ J’AI NAGÉ, de Damien Manivel et Kohei Igarashi »

LE RIRE DE MA MÈRE, de Colombe Savignac et Pascal Ralite

C’est une histoire banale finalement : un foyer recomposé, qui doit composer avec le passé, avec les nouveaux venus, avec les coups durs de la vie. Même si le film adopte souvent le regard d’Adrien, le seul enfant de la famille, en proie aux affres de la pré-adolescence, il nous laisse suivre aussi le cheminement non moins difficile des adultes Continuer de lire « LE RIRE DE MA MÈRE, de Colombe Savignac et Pascal Ralite »

LE LION EST MORT CE SOIR, de Nobuhiro Suwa

On dit souvent de Nobuhiro Suwa qu’il est le plus français des cinéastes japonais. Cela se vérifie dans Le lion est mort ce soir, où il convoque bien des fantômes du cinéma, et pas seulement ceux de son scénario. Dans ce film où Jean, comédien vieillissant, accepte de tourner dans le court-métrage de jeunes réalisateurs en herbe du sud de la France, tout Continuer de lire « LE LION EST MORT CE SOIR, de Nobuhiro Suwa »