L’AUTRE CONTINENT, de Romain Cogitore

Une jeune femme énergique et avide de rencontres, un jeune homme timide et un peu obsessionnel des langues, le décor improbable des lointains palais impériaux taïwanais : rien ne disposait ces deux français-là à se rencontrer, et pourtant… Maria et Olivier tombent amoureux sans même vraiment le comprendre, et une belle cohésion se met en place. Un jour confrontés à la maladie, ils devront se battre ensemble, pour tenter de Continuer de lire « L’AUTRE CONTINENT, de Romain Cogitore »

MEURS, MONSTRE, MEURS, de Alejandro Fadel

Un soi-disant monstre, que personne ne voit jamais, sévit dans un village isolé de la Cordillère des Andes, tuant violemment et régulièrement. L’officier Cruz est chargé de l’enquête, mais peine à attraper l’assassin insaisissable. Souvent filmé dans la pénombre de la nuit sous une pluie battante, donnant naissance à l’écran à de magnifiques clairs-obscurs, Meurs, monstre, meurs est un film de genre envoûtant, qui prend place au sein Continuer de lire « MEURS, MONSTRE, MEURS, de Alejandro Fadel »

MATAR A JESÚS, de Laura Mora

À Medellin, en Colombie, le père de Paula, étudiante en arts et en photographie, est assassiné devant ses yeux. Quelques semaines plus tard, elle reconnaît le jeune tueur à gages qui a exécuté son père, et tente de l’approcher, d’abord dans un désir de vengeance, jusqu’à ce qu’elle envisage petit à petit le quotidien difficile et tout le mal-être du garçon, le bien-nommé Jesús. Bien au-delà de l’histoire de vengeance et de pardon, Continuer de lire « MATAR A JESÚS, de Laura Mora »

68, MON PÈRE ET LES CLOUS, de Samuel Bigiaoui

Être ému par des clous, qui l’eût cru? C’est pourtant le tour de force que réussit à accomplir Samuel Bigiaoui, en filmant pendant plusieurs années Bricomonge, la quincaillerie parisienne tenue par son père bientôt retraité, militant maoïste dans ses jeunes années étudiantes, qui a su créer dans son magasin une ambiance accueillante basée sur la confiance et le partage. Comme les habitués de l’endroit que l’on voit à Continuer de lire « 68, MON PÈRE ET LES CLOUS, de Samuel Bigiaoui »

UN TRAMWAY À JÉRUSALEM, de Amos Gitaï

Étrange film que celui-ci, où le réalisateur pose sa caméra dans le tramway qui relie des quartiers très différents de Jérusalem, pour faire ainsi se rencontrer, interagir, parler, crier, chanter des personnes qui n’ont d’autre point commun a priori que celui de se trouver là, dans ce véhicule, ensemble au même moment. On pouvait s’attendre à un long-métrage qui, prenant le contre-pied d’une simplicité de fait, due notamment à Continuer de lire « UN TRAMWAY À JÉRUSALEM, de Amos Gitaï »

EL REINO, de Rodrigo Sorogoyen

Plusieurs réalisateurs espagnols se sont essayés ces dernières années avec succès au thriller, à tel point que certains voient dans ce cinéma de la péninsule ibérique le renouveau du genre ; Rodrigo Sorogoyen, avec son précédent long-métrage Que Dios nos perdone, avait notamment marqué les esprits des spectateurs en quête de sensations. Il récidive avec El Reino, thriller politique qui subtilement change de forme, mettant en Continuer de lire « EL REINO, de Rodrigo Sorogoyen »

LES OISEAUX DE PASSAGE, de Cristina Gallego et Ciro Guerra

Début des années 70, Colombie. Une branche de l’ethnie Wayuu commence à faire commerce de marijuana à des américains. Petit à petit, l’affaire prend de l’ampleur, avec elle les conflits internes, les guerres familiales, la soif de l’argent. Les deux réalisateurs, qui signaient il y a quelques années L’étreinte du serpent, fabuleux voyage au sein de la forêt amazonienne, s’intéressent ici à une autre facette de l’histoire et du folklore de leur Continuer de lire « LES OISEAUX DE PASSAGE, de Cristina Gallego et Ciro Guerra »